activités

stephane_vial

« Qu’est-ce que le virtuel? », rencontre-philo avec Stephane Vial.

Médiathèque de Sion, mardi 6 décembre 2016, 18h15-19h30.

Internet a profondément changé notre relation aux autres et au monde. Comment ce rapport est-il modifié par la culture numérique? Qu’est-ce qui a changé dans notre perception? Quel est l’être des êtres numériques qui émergent de nos écrans et de nos interfaces?

Stéphane Vial est docteur en philosophie, maître de conférence en design à l’université de Nîmes, fondateur et directeur de création de LEKTUM, agence de design interactif. Directeur et rédacteur en chef de la revue Sciences du Design aux Presses Universitaires de France, il est l’auteur de plusieurs livres dont L’être et l’écran (PUF) et Le design (PUF, Que sais-je ?).

010

Rencontre-philo: « La mesure de l’occident »

Que reste-t-il de nous après la mort qui vaille la peine d’être préservé et livré à la mémoire de ceux qui vivront ensuite?

Itinéraire poétique et critique de l’invention de la photographie au monde virtuel du web.

avec Giovanni Chiaramonte, photographe, professeur d’histoire et de théorie de la photographie à l’IULM de Milan.

Quelques œuvres : Giardini e paesaggi, 1983; Terra del ritorno, 1989; Penisola delle figure, 1993; Westwards, 1996; Ai confini del mare, 1999; Milano. Cerchi della città di mezzo, 2000; In corso d’opera, 2000; Frammenti dalla Rocca. Cefalù, 2002; Dolce è la luce, 2003, Abitare il mondo. Europe, 2004; Berlin, Figure, 2004; Attraverso la pianura, 2005; Senza foce, 2005; Come un enigma_Venezia, 2006; Nascosto in prospettiva, 2007; In Berlin, 2009; L’altro_Nei volti nei luoghi, 2010-11; Via Fausta, 2011; E.I.A.E. – Et In Arcadia Ego, 2012; Interno perduto_L’immanenza del terremoto, 2012.

Quelques expositions: Diaframma, Milano 1974; Galleria d’Arte Moderna, Modena 1975; Studio Marconi, Milano 1983; Deutsches Architekturmuseum, Frankfurt/M. 1986; Biennale di Venezia 1992, 1993, 1997 e 2004; Hunter College, New York 1997; Ikona-Magazzini del Sale, Venezia 1998; Fondazione Stelline, Milano 2005; Palazzo Sarcinelli, Conegliano 2005; Bugno Art Gallery Venezia, 2006; Museo Civico, Padova 2007; Triennale di Milano 2000-2009-2011; Palazzo Costa Grimaldi, Acireale 2010, Palazzo Sertoli, Sondrio 2010; Palazzo Corbelli, Fano 2011.

Prix Friuli-Venezia Giulia per la Fotografia 2006
Prix “Oscar della Fotografia”, Benevento 2007
Prix “Rodolfo Pucci – La Fibula d’Oro”, Castelnuovo Garfagnana 2009
Prix Ischia Fotografia d’Architettura, Ischia 2012

vendredi 7 octobre 2016, 18h15 – 19h30

 

milgram

Meilleur Travail de Maturité de Philosophie 2016

La Société Valaisanne de Philosophie, dans le but d’encourager et de promouvoir l’étude de la philosophie, décerne le prix du meilleur travail de maturité dans ce domaine.

Cette année, c’est le travail de Romain Pralong, du collège des Creusets, qui a été primé.

Il a pour titre: « Qu’est-ce que l’autorité? ».

Monsieur Pralong présentera son sujet lors d’une conférence publique le

mardi 3 mai, 18h15-19h15

Le concept d’autorité a souvent été déformé, faussé, dénaturé. On le considère parfois comme une forme maquillée de l’autoritarisme à défaut de l’amalgamer au pouvoir, on y décèle un artifice propre à légitimer la servitude, un facteur d’aliénation, un despotisme spécieux.

Le concept d’autorité a souvent été déformé, faussé, dénaturé. On le considère parfois comme une forme maquillée de l’autoritarisme à défaut de l’amalgamer au pouvoir, on y décèle un artifice propre à légitimer la servitude, un facteur d’aliénation, un despotisme spécieux…

 

therese_hargot

Rencontre-philo: Une jeunesse sexuellement libérée (ou presque)

avec Thérèse Hargot, philosophe et sexologue. Ses recherches portent sur les « gender studies » et sur les rapports de pouvoir liés à la médicalisation du corps féminin dans les processus reproductifs (sexualité, fécondité, grossesse, accouchement).

vendredi 26 février, 20h00

Qu’avons-nous fait de la libération sexuelle ? Banalisation de la «culture porno», course à la performance, défiance à l’égard de la contraception, retour des stéréotypes, obsession de l’orientation sexuelle… Si les jeunes se sentent sexuellement libérés, ils sont prisonniers de nombreux diktats. Quelle est cette liberté qui condamne à choisir en permanence son identité, ses amours, ses pratiques comme n’importe quel produit de consommation? Thérèse Hargot nous invite à repenser l’apprentissage de la vie affective, relationnelle et sexuelle.

 

duel_1

Duel-philo
mardi 26 janvier, 18h15

Dans une démocratie, c’est la force des mots qui prime sur la violence et l’oppression. Dans ce premier rendez-vous, de jeunes universitaires se prêtent au « jeu sérieux » de la dispute philosophique sur le thème « Pouvoir et culpabilité ».

Oubliez les séances de fitness, et préparez-vous aux subtilités de l’argumentation: cette première soirée est un échauffement!

mathieu.triclot

Philosophie du joueur… de jeux vidéo

avec Mathieu Triclot, Maître de conférences et professeur d’Art, Techniques et Marchandise à l’Université de technologie de Belfort-Montbéliard, auteur de Philosophie des jeux vidéo (2011), la Fabrique des jeux vidéo (2013). Il a été le commissaire de l’exposition Jeux vidéo à la Cité des Sciences à Paris. Ses recherches en philosophie des techniques portent sur l’histoire de la notion d’information, la cybernétique et notre rapport à l’informatique.

Mardi 29 septembre 2015, 18h15

Les jeux vidéo constituent l’une des toutes premières pratiques culturelles de nos sociétés, à l’égal du cinéma. Pour autant la recherche universitaire a mis très longtemps à s’emparer de cet objet, marqué par une forme d’illégitimité culturelle. La conférence présentera un panorama des recherches contemporaines sur les jeux vidéo, pour situer parmi toutes les stratégies disponibles l’approche par le jeu (play) et les joueurs que défend l’auteur depuis Philosophie des jeux vidéo. Comment peut-on comprendre les expériences des joueurs de jeu vidéo, la relation intime qu’ils déploient à la machinerie informatique et à l’écran ? Quel sens cette expérience culturelle prend-elle au regard de la grande transformation numérique qui affecte nos sociétés ?

 

chapoutot

Penser et agir en nazi

avec Johann Chapoutot, Professeur à la Sorbonne nouvelle Paris III, membre de l’Institut Universitaire de France.

Mardi 8 septembre 2015, 18h15

Qu’est-ce que le nazisme ?

Les crimes du nazisme dépassent l’entendement. Devant l’absurdité de tant de violences et de destructions, la perplexité domine et la tentation est grande de rejeter les concepteurs et les acteurs de ces crimes hors de l’humanité : on a affaire, dit-on,à des fous, des arriérés, des barbares, voire des possédés. Or l’historien doit partir du constat qu’il étudie des êtres humains et que, pour les acteurs des crimes, les actes avaient un sens. Lequel ? Cette conférence tente d’apporter des éléments de réponse.

Johann Chapoutot, spécialiste de l’histoire de l’Allemagne contemporaine et du nazisme, a notamment publié La loi du sang. Penser et agir en nazi (Gallimard, 2014) et Histoire de l’Allemagne (de 1806 à nos jours), en Que Sais-Je (2014).

 

Question d’actualité – les enjeux du diagnostic pré-implantatoire (DPI)

Le 14 juin prochain aura lieu la votation populaire concernant la modification de l’art. 119 constitutionnel relatif à la procréation médicalement assistée et au génie génétique dans le domaine humain.

Peu de voix s’élèvent contre cette modification. Pour que le débat puisse avoir lieu, nous vous proposons de lire les arguments de François-Xavier Putallaz, professeur de philosophie à Fribourg et Sion. Nous l’avions accueilli il y a quelques années sur le même thème.

fxp_enjeux_dpi_2015.pdf

www.swissinfo.ch/fre/diagnostic-préimplantatoire_face-aux-craintes-eugénistes–la-suisse-avance-à-petits-pas/36572978

 

Prix du meilleur Travail de Maturité de Philosophie 2015

La Société Valaisanne de Philosophie, dans le but d’encourager et de promouvoir l’étude de la philosophie, a décidé la création dès cette année du prix du meilleur travail de maturité dans ce domaine.

Les enseignants du Valais romand ont envoyé les meilleurs travaux, qui ont été évalués par les membres du comité de la SVPh.

choix

 

Cette année, c’est le travail de Sylvie Kittel, du collège de la Planta, qui a été primé.

Il a pour thème: « La liberté, une illusion? ».

Madame Kittel présentera son sujet lors d’une conférence publique le

Mardi 12 mai 2015 à 18h15

Joseph doit trancher entre partir ou ne pas partir en vacances. Finalement, il se décide à partir. Il semble prendre librement la décision de s’en aller. Bien entendu, Joseph a pesé le pour et le contre avant d’arrêter son choix. Certaines raisons l’ont sûrement influencé à partir, mais cela ne change pas le fait qu’il aurait tout aussi bien pu choisir le contraire et rester chez lui. Il a volontairement choisi d’accorder plus d’importance à une action : « partir en vacances », plutôt qu’à l’autre : « rester chez lui » (qui est, en fait, une inaction). Dès lors, Joseph estime que c’est grâce à son libre arbitre qu’il a pu prendre seul cette décision. En l’occurrence, le libre arbitre est la faculté qu’a l’être humain de penser, d’agir, de choisir par lui-même et sans contrainte. Joseph pense alors qu’il est à l’origine de ses actes.

Mais cette liberté existe-t-elle vraiment ou n’est-ce qu’une invention de l’homme qui aime à se croire capable de décider de sa vie ? Joseph a-t-il vraiment pris parti ou a-t-il été le jouet de forces qu’il ne contrôle pas et qui ont décidé pour lui ? L’homme exerce-t-il vraiment son libre arbitre ? Ou bien le monde ne serait-il qu’un immense réseau de causes et de conséquences, forçant ses habitants à subir le destin mis en place par de multiples actions antérieures ?

.

denis_moreau

Unions et désunions. Un éloge du mariage qui dure

avec Denis Moreau, professeur de philosophie à l’université de Nantes.

Mardi 24 mars 2015, 18h15 – 19h30

Couples fracassés, divorces, séparations comme s’il en pleuvait : les histoires d’amour finissent mal en général. En quelques dizaines années, une ritournelle amusée des années 1980 s’est changée en description lucide d’un fait social, et tend à devenir une loi de la conjugalité ordinaire.
Le philosophe Denis Moreau, auteur de Pour la vie ? Court traité du mariage et des séparations, prendra comme point de départ de sa réflexion ce fait social qui bouleverse la société contemporaine.

 

Photo de D. Lambert

Des machines qui décident de votre sort! L’homme et la société face aux autonomes

avec Dominique Lambert, Dr en philosophie et physique, professeur à l’Université de Namur.

Mardi 24 février 2015, 18h15 – 19h30

Nous avons vu les robots des romans de science-fiction de l’après-guerre dans les films des années 80, et ils sont maintenant parmi nous: conducteurs, aspirateurs, trading, chatbots, et même warbots (robots de guerre), etc. Certains sont contrôlés à distance, mais d’autres sont autonomes: l’homme apparaît comme le maillon faible dans des processus de décisions trop complexes et trop rapides pour ses capacités. On demande alors que ces machines se comportent de manière correcte, morale.

Tenter de faire en sorte qu’une machine plus ou moins autonome ait un comportement moralement acceptable nécessite alors d’examiner deux aspects différents : peut-on lui implémenter des règles, et en particulier juridiques ? Et peut-on attendre d’elle qu’elle ait une capacité de réflexion éthique ?

 

Poster une réponse

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.